197 - Esclave ou protituée...

Publié le par Kinou


Au Maroc, l’esclavage domestique est la part sombre
d’une tradition, celle des «petites bonnes».

Les «petites bonnes» sont des filles placées dès la petite enfance par leurs parents, dans des familles où elles sont bonnes à tout faire. Souvent battues, elles vivent dans des conditions précaires, ne voyant leurs parents qu’une fois par mois ou tous les deux mois (le jour où celui-ci vient chercher la paie souvent ridicule et dont la petite fille ne jouit nullement). Quand la révolte gagne les plus excédées, elles descendent dans la rue où d’autres les ont déjà précédées et leurs servent de tutrice-proxénète, qui va les loger et les initier aux joies nocturnes:
alcool, cigarettes, maquillage, nouveau look vestimentaire, le rêve !
Les filles installées dans la prostitution mentent sur leur âge : les veilles, l’alcool, les anxiolytiques, parfois l’optalidon, le maquillage outrancier contribuent largement à les vieillir.
Le premier client est souvent amené par la tutrice. La débutante subit et souvent déclare qu’elle ne se souvient pas de ce contact : elle était effectivement saoule ou tout simplement a décidé de l’effacer de sa mémoire. Les filles risquent à tout moment d’être raflées par la police. Quand elles ont mineures, elles sont placées par le juge dans les centres de protection relevant du Secrétariat d’Etat à la Jeunesse.
Il en existe trois pour tout le Maroc, situés à Casablanca, Fès et Agadir.
L’argent gagné contribue pour beaucoup d’entre elles à aider leur famille: l’argent est remis à la mère, seule au courant de la situation de sa fille. Pour le père, les frères, et les incontournables voisins, elle travaille dans des familles ou dans une autre ville.
Un problème majeur: la grossesse. En effet, quand une fille tombe enceinte et qu’elle ne peut pas avorter (l’avortement étant passible de prison), elle vient renflouer le lot des mères célibataires, paria de la société marocaine. Ainsi marginalisée, elle devient prostituée à vie, la réinsertion socioprofessionnelle étant très difficile pour ces jeunes mères.
Le rêve de ces filles est d’accéder à la respectabilité, par le biais du mariage et d’enterrer définitivement leur ancienne vie. Certaines d’entre elles tentent de dissuader les nouvelles arrivées dans le milieu, leur expliquant que le mirage ne cache que l’enfer.

Association Bayti ( Maroc ) -
www.bayti.net

Publié dans Digressions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lolo 09/10/2007 18:14

l'islame est religion d'amour et de tolerence,Merci FatiRose !!!Tu ne veux pas écrire plus souvent ? Lolo

fatyrose 06/10/2007 00:28

bonsoir a tous , ce que j'aimerais dire, pascale ,dans ce commentaire , c'est que l'islame, n'est pas les musulmans ,je ne dis pas ca pour deffondre quoi que ce soit ni qui que ce soit ,je dis ca parce que je suis connessante de ma religion,et c'est pas qu'on n'est nome musulmans qu'on l'est vraiment , car vraiment l'islame est religion d'amour et de tolerence,mais dommage que les musulmans sont autres que l'islame,et je tiens a dire autre chose que l'article n'a pas montionne , que dans chac ville il y a toute un reseau de prostitution ou les gens de loi sont implique car il prennent leur part de gataux , et tant que les proxinetes assume il n'auront rien a crainde , et meme s'elles se font prendrent , elle detournent la loi d'une facon ou d'une autre , par exemple dans la maison de chac proxinete il y a un homme un costau, qui entretiens ,avec qui il se mari, juste sur papier , et qui ne fais rien que proteger son reseau, et en plus de ca ca proxinete adopte un enfant ou deux pour qu'elle lui servent de couverture une fois prise , comme quoi , c'est une femme responsable d'une famille , la je parle des proxinete qui ont ete ex prostitues , et comme dans le monde entier ,il y a toute sorte de prostitution au maroc et c'est devenu encore plus grave depuit les annees 90 avec la plus grave crise economique qui a connus et qui connais encore le maroc, mais la question qui se pose pour le moment ,est ce qu'il y a une solution a ce probleme? ont sachant que la prostitution et le plus ensien mitier qu'a connu l'humanite, et si on veux conclure une choses de tout ca , l'esclavge des enfants , la postitution sur toute ces formes ,,,,,,,,,c'est que l'etre marocain commence a perdre sa dignite comme etre humain , car la faim et le besion pousse l'indivedu a vendre son ame au diable ,..........ca veut pas dire que je suis pour mais si vous voyez ce que je vois et j'entend comme histoire des gens desespres , vous en diriez la meme chose..................

pascale 05/10/2007 14:11

finalement il n'y a pas que dans l'asie du sud est ou l'esclavage et la prostition des momes existent tu vois meme prés de chez nous,c'est fou  !!!  juste une question Kinou , respect ,tolerance,fraternité...........  j'ai entendu cela si souvent heuuu l'islam punit comment ce genre d'infidèles ???????ceux qui violent entres autres les gamines mais qui se prosternent devant allah pour demander le pardon je sais je vais loin mais avec toi je peux m'exprimerbises

Kinou 05/10/2007 15:18

Pour moi toutes les religions, prises au sens le plus rigide du terme, sont la morphine de l'esprit. Je ne m'exprime pas souvent sur ce sujet parce que j'ai du mal à rester zen parfois. Néanmoins je respecte ceux qui croient pour eux seuls, dans la tolérance et sans aucune espèce de violence fanatique.Depuis que le monde est monde, on tue, on viole, on brûle pour une religion ou pour un drapeau, et ça ne s'arrêtera jamais, hélas.On doit vivre au mieux dans ce monde là, en faisant le plus de bien possible, et en se gardant sa petite place au soleil malgré tout. Et c'est pas facile tous les jours, ma pauv' dame !Mais surtout ne pas se fermer les yeux et l'esprit en idéalisant, on peut très bien préférer l'amour à la haine, et la paix à la guerre, sans pour autant faire dans le rose bonbon et le prêchi-prêcha... Je dis pas ça pour nos amis Bisounours qui vont se reconnaître ! :0036:Allez, bises, Pascale, you're welcomeet que tout lemonde s'exprime, je demande que ça.